Le thème fédérateur de la journée porte sur « Les organisations de santé : définitions et transformations ». 

Toutefois, toutes les propositions de communication traitant largement du management des organisations de santé sont recevables, quels que soient leur thème et leur objet.

 

Les congrès précédents d’Aramos ont porté, notamment, sur la prise en charge des maladies chroniques (2015), l’e-santé (2016), le travail (2017), la recherche en management (2018), la coordination (2019), l’innovation (2020). Même si tous ces thèmes évoquent les organisations de santé, aucun ne traite spécifiquement de leur définition, comme de leur renouvellement à la fin du XXe et au début du XXIe siècles.

Les organisations de santé peuvent être définies par leurs missions et leurs fonctions. Les différents textes de loi instituant le service public hospitalier et les établissements publics de santé procèdent ainsi, sans donner entièrement satisfaction aux spécialistes de la gestion. Ni la structure des organisations de santé, ni leur complexité ou leur pluralisme (Denis, Lamothe, and Langley 2001), ni leur rôle symbolique au regard de la vulnérabilité humaine qu’elles traitent ne sont alors soulignés. Depuis près d’un demi-siècle des efforts importants ont été accomplis pour situer les organisations de santé parmi des typologies existantes ou constitués ad hoc parmi lesquelles on peut citer, notamment, celles de R. Satow (1975), de R. Scott (1982), d’H. Mintzberg (2001) ou de P. Adler (2008) pour se référer aux plus connues. Curieusement cependant, ces travaux qualifient les organisations de santé à partir de leur sociologie ou de leur dynamique interne sans trop s’attarder aux corps souffrants ou aux esprits gémissants qui les traversent. La définition des organisations de santé (centres de consultation, réseaux, hôpitaux, …) rendant compte à la fois des interactions particulières entre professionnels, notamment médicaux, et gestionnaires, des remaniements qu’induisent la transition épidémiologique, comme l’e-santé et de la charge émotionnelle des événements qui s’y déroulent reste donc un chantier ouvert.

En outre, au-delà de l’interrogation définitionnelle sur les organisations de santé, se pose celle de leur caractérisation contemporaine. En posant les basant les bases d’une régulation par la contractualisation, de la planification régionale, des coûts complets par séjour et de l’évaluation des pratiques, la loi trentenaire du 31 juillet 1991 a constitué un jalon majeur dans leur transformation. Reste à interroger l’ampleur de cette transformation (la bureaucratie professionnelle est-elle à moitié vivante ou à moitié morte ?), sa continuité (la T2A prolonge-t-elle de manière quasi inéluctable et anticipée le PMSI des années 80 ?) et son caractère...

 

Voir détail en téléchargeant l'appel à communication

 

Dépôt des communications et Inscriptions sur https://aramos2021.sciencesconf.org

La date limite de retour des papiers est reporté le 15 juillet 2021.